La prospection géophysique de l’automne 2021

Une première campagne de prospection géophysique, effectuée par la société Géocarta missionnée par le Service Régional de l’Archéologie avec l’accord et le soutien du Service Départemental Archéologique du Val-d’Oise, a eu lieu en novembre 2021 sur le site d’Epiais-Rhus – Vallangoujard, plus précisément sur les parcelles acquises par le Département (d’une surface totale d’environ 8,5 hectares).

fig. 1 : plan des principaux vestiges connus sur le site (Franck Abert, Elodie Rossi, Monique Wabont, et Didier Vermeersch, « 213 – Epiais-Rhus ». In Carte archéologique de la Gaule : Le Val d’Oise – 95, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 2006, p.229-250, plan p.233) sur fond d’orthophotographie aérienne (IGN 2018). En gris, les parcelles propriétés du Département du Val-d’Oise.

Afin d’optimiser les chances de détection et de comparer les résultats, plusieurs techniques ont été mises en œuvre : électrique, magnétique, et électro-magnétique. Pour chacune de ces méthodes, un chariot portant l’appareillage nécessaire ainsi qu’une balise GPS permettant un positionnement précis des mesures opérées, est attelé à un quad. Le terrain peut ainsi être balayé par des allers-retours parallèles à une vitesse de 10 à 20 km/h, permettant de traiter d’importantes surfaces assez rapidement. Ainsi, plus de la moitié de la surface totale des parcelles départementales a pu être traitée en une journée de travail.

fig.2 : prospection géophysique sur le site d’Epiais-Rhus – Vallangoujard, 3 novembre 2021 ; au centre, l’un des quads utilisés par la prospection ; à droite le chariot pour la prospection magnétique, à gauche le chariot pour la prospection électro-magnétique.
fig.3 : prospection géophysique sur le site d’Epiais-Rhus – Vallangoujard, 3 novembre 2021 ; chariot pour la prospection électrique attelé à un quad. Les roues métalliques dentées du chariot constituent les électrodes entre lesquelles circule le courant électrique passant dans le sol ; sur le chariot, la balise GPS ; et sur le quad, l’ordinateur permettant le contrôle de l’appareillage en cours de prospection.
fig.4 : prospection géophysique sur le site d’Epiais-Rhus – Vallangoujard, 3 novembre 2021 ; prospection magnétique et prospection électrique en cours.

Les résultats obtenus sont particulièrement significatifs. L’utilisation simultanée des 3 méthodes (ARP électrique, AMP magnétique, EMP électromagnétique) a révélé de très bonnes performances de la prospection électrique, qui a permis la mise en évidence de structures déjà connues en photo aérienne ou en fouille, ainsi que de structures inconnues. Sont en effet apparues :

– des structures linéaires correspondant à des bâtiments gallo-romains, à une voie, et à un fossé probablement protohistorique apparaissant en photo aérienne ;

– des structures zonales correspondant à l’emplacement d’anciennes fouilles (fouilles des thermes dans les années 1950 dirigées par M. Dupuy, fouille d’un bâtiment gallo-romain en 1974-1975 dirigée par C. Vallet) ;

– des structures ponctuelles pouvant correspondre pour certaines, formant des alignements, à des bâtiments sur poteaux, et pour d’autres, non alignées, à des silos, et peut-être aussi à des creusements plus récents, notamment des traces de pillages (le site étant malheureusement objet de pillages au détecteur de métaux depuis plusieurs dizaines d’années).

La prospection magnétique s’est révélée globalement moins parlante que la prospection électrique mais a fourni des éléments complémentaires intéressants, notamment une discrimination plus fine à l’intérieur des zones de fouille remblayée apparaissant comme un bloc massif de forte résistance en prospection électrique (ancienne fouille Dupuy).

La prospection électromagnétique, de plus large spectre et destinée notamment à la reconnaissance géomorphologique, n’a pas amené d’information nouvelle, mais a permis de retrouver, de façon moins détaillée, des anomalies signifiantes révélées par la prospection électrique.

fig.5: résultats de la prospection électrique du 3/11/2021 (ARP voie 1 40-110) sur fond de limites parcellaires, et de photo aérienne redressée (prise en 2011 par P. Kervella) révélant des vestiges du site notamment le grand bâtiment central dit “forum”.
fig.6 : résultats de la prospection électrique du 3/11/2021 (ARP voie 1 40-110) sur fond d’orthophoto IGN 2018, avec superposition du plan paru dans la Carte Archéologique de la Gaule (cf. fig.1)

Différentes zones de vestiges sont apparues sur l’espace prospecté (cf. fig. 5) :

1 : l’emplacement d’une voie supposée, vue en photo aérienne (dont celles de Pierre Kervella en 2011 et celles de Jean-Marie Lardy en 1976 (cf. fig. 7).

2 : des bâtiments gallo romains en bordure de voie, apparaissant notamment sur les photos aériennes JM Lardy de 1976 (cf. fig 7)

3 : une zone riche en indices, avec au centre de la zone une structure concentrique vaguement circulaire se rapportant peut-être à l’occupation gauloise du site. A l’est (à gauche), des structures linéaires régulières et des structures ponctuelles formant des alignements peuvent correspondre à des bâtiments à parois continues et à des bâtiments sur poteaux ; plus à l’ouest un semis de structures ponctuelles non alignées peuvent correspondre à des silos mais aussi peut-être à des traces de creusement de pillage ;

4 : un bâtiment (fanum gallo-romain, avec autres constructions ?) ; il correspond à une structure repérée en photo aérienne en 1976 (cf fig. 8) ; c’est en fait la moitié sud qui apparait sur la prospection géophysique, et la moitié nord sur la photo aérienne de 1976, la séparation étant une limite de culture et de parcelles qui existe toujours (c’est aujourd’hui un chemin est-ouest qui sépare deux parcelles acquises par le département).

5 : le prolongement d’une limite – fossé double ? – qui semble entourer la partie centrale du site. Ce probable fossé protohistorique, indiqué sur le plan publié dans la notice d’Epiais-Rhus dans la Carte Archéologique de la Gaule pourrait limiter l’agglomération gauloise ; il a été repéré à  plusieurs reprises en photo aérienne, sur lesquelles il semble recoupé par un édifice monumental gallo-romain (dit « forum ») au centre du site ;

6 : l’emplacement des fouilles menées en 1974-1975 sur un bâtiment gallo-romain (« bâtiment du nord-est » – domus ? ) sous la direction de Cl. Vallet. La zone sombre fortement résistante correspond à l’emplacement remblayé de la fouille ; des murs et structures construites s’étendant dans et au-delà de la zone fouillée (au sud de celle-ci) apparaissent aussi. Le plan des structures fouillées telles qu’il est repris dans la notice d’Epiais-Rhus dans la CAG montre un décalage d’orientation des murs, que la prospection géophysique permet donc de corriger (cf. fig.6);

7: l’emplacement des fouilles menées de 1956 à 1960 sur un grand bâtiment (thermes – fouilles de R.-L. Dupuy) ; la zone fouillée, qui correspond bien au plan de la Carte Archéologique de la Gaule (cf. fig. 6) apparait comme une tache noire, avec l’édifice seulement partiellement visible à l’est (mais la prospection magnétique permet de percevoir plus clairement la structure construite elle-même dans la zone fouillée);

8: un angle de structure construite qui pourrait être l’angle nord ouest repéré en sondage de l’édifice de spectacle (théâtre) partiellement fouillé qui s’étendait sur le versant à l’est (parcelle actuellement en bois et taillis, localisée dans la commune de Vallangoujard) ; un décalage est toutefois observable avec la localisation de l’angle nord-ouest de l’édifice de spectacle telle qu’elle apparaît sur le plan de la notice de la Carte Archéologique de la Gaule;

fig.7 : photo aérienne prise en 1976 (Jean-Marie Lardy) : vue vers le sud-ouest ; sont visibles la voie et les bâtiments réapparus à la prospection géophysique (cf. fig. 5, zones 1 et 2)
fig.8 : photo aérienne prise en 1976 (Jean-Marie Lardy) : vue vers l’ouest ; est visible la moitié nord d’un bâtiment (fanum ?) dont la moitié sud est apparue en prospection géophysique (cf. fig. 5 zone 4)

Au total le bilan de l’intervention géophysique de terrain se révèle extrêmement positif, et d’une grande rentabilité scientifique, concernant les nouveaux indices révélés, mais aussi les structures déjà connues par les photos aériennes ou par les fouilles, dont la localisation peut être imprécise. Il se confirme que la précision de la prospection électrique permettra de fournir des points de contrôle au sol, directement sur les structures repérées, permettant le redressement des anciennes photos aériennes obliques ainsi que le recalage des plans de fouille.

Les bons résultats de la campagne 2021 permettent ainsi d’envisager la prospection géophysique comme un axe majeur pour l’évaluation du potentiel subsistant du site.

références :

Abert, Franck, Elodie Rossi, Monique Wabont, et Didier Vermeersch, « 213 – Epiais-Rhus ». In Carte archéologique de la Gaule : Le Val d’Oise – 95, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 2006, p.229-250.

Kervella, Pierre. « prospection archéologique aérienne – rapport sur la campagne 2011 – Yvelines & Val-d’Oise ». Rapport de prospection, déposé au service régional de l’archéologie d’ïle-de-France, 2011, p.419

Lardy, Jean-Marie. « Prospections aériennes sur le site antique d’Epiais-Rhus ». Bulletin Archéologique du Vexin Français, années 1976-1977, no 12‑13, 1978, p. 111‑115.

Longelin, Alexandre. « Cartographie géophysique du terrain départemental d’Epiais-Rhus-Vallangoujard (95) ». Rapport de prospection, société Géocarta, déposé au service régional de l’archéologie d’ïle-de-France, 2021, 53 p.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Bruno Desachy (6 juin 2022). La prospection géophysique de l’automne 2021. Des Véliocasses au Vexin. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkwp


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search